Cette année encore, Eztabaida gunea (ou coin-débat) du festival Euskal Herria Zuzenean proposera des conférences, débats, moments d'échange ou ateliers axés sur la réflexion et mise en pratique de l'autogestion. Voici le contenu de certaines conférences et débats visant à ouvrir l'échange sur les thèmes :

Paix ou pacification ? Importance de l'autodetermination dans le processus de paix

Invité : Liam O'Ruairc, pholosophe et auteur irlandais

Quand ?  : Samedi 1er juillet à 15:00

En présence de l'auteur irlandais Liam O’Ruairc, nous évoquerons l'évolution politique des dernières années en Irlande du Nord. Aspirant à son indépendance, le territoire a connu la lutte armée, la répression, “le processus de paix”, et les négociations politiques menées dans son cadre. Quelles ont été ses conséquences ? Quelle est la situation actuelle des prisonniers politiques ? Comment est menée la lutte pour l'émancipation totale du pays aujourd'hui ? L'an dernier, Liam O'Ruairc a publié le livre “paix ou pacification. L'irlande du Nord après la défaite de l'IRA”. Un ouvrage dans lequel il rapporte et analyse le déroulé du processus de paix irlandais et ses conséquences. Et au delà de ces constats, il questionne sur l'importance de l'autodétermination dans le processus de paix irlandais. Selon lui, Le droit à l'autodétermination est ce qui permet de souder “paix” avec “justice” et d'achever le processus de décolonisation. Si le processus n'est pas fondé sur la reconnaissance du droit à l'autodétermination, on peut remettre en question le caractère “juste” et durable de cette paix. Réflexion principale que nous aborderons au château Garroa dans le cadre du festival Euskal Herria Zuzenean. 
 

  • irlanda

 

Résister. Et après ?

Invités : le quartier Errekaleor de Gasteiz, la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et la plateforme Eleak/Libre

Quand ? Dimanche 2 juillet à 11 heures.

L'an dernier, nous avions accueilli de nouveaux compagnons de route : les zadistes qui habitent les terres bretonnes de Notre-Dame-des-Landes. Ils avaient participé au montage et aux conférences du festival, ainsi qu’à une première tournée de réunions publiques en Pays Basque sud. Dans la lancée, une trentaine de personnes du Pays Basque visitaient la ZAD, afin de mieux connaître ce territoire et prendre part à des chantiers collectifs. Une rencontre fructueuse, propice à l’échange de modèles et de pratiques. Les relations continuent à ce souder. Cette année encore, ils seront présent au château de Garroa. Et en présence de différents mouvements de résistance de collectifs travaillant sur l’écologie, l’agriculture biologique, l’autogestion, la désobéissance ou l’internationalisme, la discussion du dimanche portera sur les façons de promouvoir les cultures populaires et les alternatives plurielles, de réfléchir sur la mise en place d'outils et modes de vie participatifs, et l'enjeu de joindre les résistances diverses ou de mettre en pratique la convergence des luttes. 

  • zad partout